ordiecole.com : internet à l'école :
témoignage d'un enseignant du secondaire inférieur

article à paraître dans la revue l' Educateur no 8 de juin 2001 ( autre lien )

  • calendrier des parutions de la revue L'Educateur

  • Pour consulter les liens (nombres figurant entre parenthèses dans le texte),
    connectez-vous à internet et affichez la page www.geocities.com/ordiecole4/

    tout a été dit cent fois
    et beaucoup mieux que par moi …
    Boris Vian (01)

    Né pendant la « préhistoire » de l’informatique et neuf jours avant la libération de Paris (02), j’ai passé mes trois premières années d’école dans une grande salle de classe dont l’arrière était occupé par une imprimerie sur laquelle nous fabriquions notre journal (03). Les caractères de plomb, le rouleau encreur, la presse à bras, les différents papiers et la benzine rectifiée n’avaient pas de secrets pour nous. Notre écrivions des textes sur la vie à l’école et des poésies, nous gravions des illustrations sur du lino et le petit journal terminé était offert aux parents. Nous étions vingt-sept élèves et notre institutrice, Lily Hirsch, nous permettait de choisir une petite image découpée quand nous avions bien travaillé. On appelait cela des « bons points ». J’ai appris bien plus tard que l’idée de l’imprimerie à l’école venait d’un certain Célestin Freinet, instituteur dans un village du midi de la France (04).

    Adolescent, je lisais dans Science et Vie (05) les articles futuristes d’Albert Ducrocq (06) où d’étranges tortues cybernétiques au comportement quasi animal côtoyaient en 1957 le lancement du premier satellite artificiel, Spoutnik, ainsi que le projet de surprenants téléphones munis d’un écran pour voir son interlocuteur. En voyage à Paris, je ne manquais jamais la visite du Palais de la Découverte (07). Notre jeune et avant-gardiste prof de physique avait acheté des petites machines à calculer mécaniques ; cylindriques, elles tenaient dans une main et étaient munies d’une manivelle qu’il fallait tourner longtemps avant d’obtenir le résultat d’une division !

    Vers 1975, travaillant comme biochimiste analyste, j’avais trouvé un physicien qui m’avait écrit en dix minutes sans la moindre erreur un programme en Fortran m’évitant chaque semaine deux ou trois heures de calculs fastidieux. J'allais avec délices au centre informatique perforer quelques cartes IBM pour repartir avec mes résultats presque aussitôt (08).

    En 1983, quatre ans après mes débuts dans l’enseignement de la biologie au cycle d’orientation (09), j’ai découvert les joies de la programmation avec, dans la même année, une TI-59, un ZX-81 et une copie d’Apple II made in Taïwan (10). Je crois bien que j’étais alors le seul enseignant de mon collège à m’intéresser à l’informatique et bien rares étaient ceux de mes collègues qui pensaient se servir d’un ordinateur un jour.

    Le premier atelier d’informatique de notre école s’ouvrit en 1987. Il comportait six PC Olivetti M24 avec écran noir et blanc, sans disque dur, pour douze élèves (11). Plus une imprimante à aiguilles. Les ordinateurs fonctionnaient sous DOS, en réseau, avec un serveur. Les élèves se servaient de LogoWriter, une évolution du langage créé en 1967 par Seymour Papert (12), d’un traitement de texte, d’un tableur et d’un logiciel de dessin nommé Picasso, sans son accord probablement, puisque Pablo (13) était mort en 1973.

    Un ordinateur pour deux, ce n'est pas comme un pyjama pour deux, c’est comme un crayon pour deux (14) : un élève travaille pendant que son voisin le regarde et c’est souvent le même élève qui regarde leçon après leçon !

    En 1995, les journaux se mirent à parler beaucoup d’internet (15). Méfiant à l’égard des modes en tous genres, je mis quelques mois avant de me décider. Je possédais un modem qui me permettait d’échanger des fichiers compactés avec des BBS (16), mais je compris rapidement qu’internet, c’était vraiment tout autre chose et même beaucoup plus.

    C’est pourquoi, au début de 1996, j'ai ouvert un site internet avec un collègue. Nous avons nommé ce site OrdiEcole (17) puisque nous allions y parler (entre autres) de ce qu’on pouvait faire avec des ordinateurs à l’école.

    En 1998 je crois, notre école a été reliée à l’internet. Nous disposons donc maintenant de deux ateliers informatiques branchés sur internet. L’atelier PC fonctionne parfaitement sous Windows NT 4, avec douze postes élève munis d’un lecteur de CD d’ailleurs très peu utilisé, un poste maître (18) et un serveur qui comporte un disque dur commun aux réseaux PC et Macintosh pour faciliter les échanges de documents. L’atelier Macintosh de notre école comporte quinze postes, malheureusement assez dépareillés et parfois anciens.

    Depuis cette année (2001), nous utilisons avec plaisir un nouveau projecteur multimédia (19) permettant de visualiser sur un mur de l’atelier d’informatique une belle et grande image en couleur de l’écran du poste maître avec une définition impressionnante. C’est un excellent outil pédagogique que je recommande à toutes les écoles et enseignants malgré son prix égal à celui de deux PC.

    Pour la rentrée de septembre 2001, il est prévu que l'atelier Mac soit remplacé par un tout nouvel atelier PC de 13 postes et qu’un atelier multimédia supplémentaire de 24 postes (dont 23 iMac) s’ouvre dans chacun des 17 collèges du cycle d’orientation de Genève. Nous disposerons donc bientôt de trois ateliers d'informatique reliés à internet. Ceci permettra aux maîtres de venir travailler avec une classe entière alors que jusqu’à présent, cela ne pouvait se faire qu’en demi-classe.


    Que peut-on faire et ne pas faire avec des élèves sur internet ?

    Si vous pratiquez déjà internet en classe, je n’ai certainement rien de nouveau à vous apprendre …

    Exemple 1 :
    Après avoir bien précisé certaines limites (20) à ne pas franchir, laissons nos élèves de 7ème année naviguer librement sur le net pendant un quart d’heure pour observer quels sont les sites qu’ils consultent (21). De là où vous vous trouvez, vous voyez simultanément tous les écrans des ordinateurs de vos élèves. Vous constatez que les garçons cherchent souvent des solutions pour leurs consoles de jeux et que les filles envoient parfois des messages à leurs parents ou ami(e)s. A moins d’un miracle, aucun de vos élèves n’ira de lui-même sur un site que vous considérez comme « pédagogique ». C’est un peu comme quand les adultes zappent sur leurs 40 chaînes de TV : les émissions culturelles ont beaucoup moins de succès que les matchs de foot et les Loft Stories. Ces constatations une fois faites, restez optimistes et évitez d'en tirer des conclusions hâtives sur le niveau intellectuel de vos élèves !

    Exemple 2 :
    Donnez à vos élèves un document sur lequel figurent une douzaine de questions dont les réponses peuvent être trouvées sur internet. Insistez pour qu’ils collent ce document dans leur cahier d’informatique sinon vous retrouverez ces feuilles par terre en fin de leçon. Indiquez leur quelques pistes et les adresses de certains moteurs (22) de recherches (j'aime bien www.google.com). Vous trouverez en annexe (23) quelques questionnaires de ce type. Les très bons élèves mèneront à bien leur recherche en un temps record, les élèves un peu moins bons mettront nettement plus de temps et les autres fourniront un travail équivalent à celui qu'ils fournissent dans les autres disciplines scolaires.

    Exemple 3 :
    Vous décidez de créer un petit site internet avec vos élèves. Pour ne pas compromettre votre budget, vous vous inscrivez sur un des nombreux serveurs gratuits présents sur le net. Vous choisissez un sujet de recherche qui intéresse vos élèves et soit compatible avec le plan d'études de la branche que vous enseignez. Prenons par exemple "les dinosaures" ! Lancez vos élèves dans une recherche tous azimuts sur internet. Demandez-leur d'imprimer la première page des sites qu'ils jugent intéressants afin de pouvoir les retrouver par la suite. Que va-t-il se passer ? Vous aurez bientôt des dizaines de pages imprimées dont vous ne pourrez pas tirer grand chose à moins de consacrer de très nombreuses heures à en faire le tri et à tout réorganiser (24). Si vous n'avez pas commencé votre travail suffisamment tôt avant la fin de l'année scolaire, vos élèves vous auront quitté avant que leur site soit réalisé...

    Exemple 4 :
    Généreusement, vous désirez mettre vos cours à disposition de tous gratuitement sur internet. Si ces cours ne se trouvent pas encore sur votre disque dur, leur transformation en fichiers informatiques nécessitera certainement un gros travail. Certains enseignants ont eu le courage de s'atteler à cette tâche et je tiens à rendre un hommage tout particulier à certains professeurs du Gymnase de Morges (25)

    Exemple 5 :
    Il vous semble qu'une partie du programme que vous enseignez est plus difficile à comprendre pour vos élèves que le reste. Vous disposez bien de quelques films et diapositives sur le sujet mais vous décidez de vivre avec votre siècle et de fêter le nouveau millénaire en exploitant cette fois-ci les richesses d'internet. Vous vous mettez à chercher ce site extraordinaire écrit par un as de la didactique. Vous cherchez encore ... et finissez par vous convaincre qu'il n'existe pas. En effet, les sites parfois excellents que vous avez trouvé ne conviennent pas vraiment à vos élèves parce qu'ils ne sont pas à leur niveau (26) ou qu'ils sont écrits dans une langue qu'ils ne maîtrisent pas. Qu'attendez-vous pour vous mettre au travail ?

    Exemple 6 :
    Convaincu des vertus de l'internet, plein d'enthousiasme et altruiste par nature, vous décidez de créer un site sur le serveur pédagogique de votre employeur, l'Etat (27). En contrepartie, chaque phrase que vous écrirez, chaque lien et chaque page que vous modifierez seront passés au crible d'une commission ad hoc (28). Vous devrez vous conformer scrupuleusement au protocole de 22 pages rédigé par vos autorités (29). Vous attendrez longtemps (trop à votre avis) avant que votre site puisse être vu sur le net sans mot de passe. Vous éviterez d'émettre toute opinion personnelle, à moins qu'elle n'abonde dans le sens du discours dominant, celui de vos supérieurs hiérarchiques, extrêmement chatouilleux à ce propos (30). Françoise Dolto disait que "l'école est une bergerie de moutons de Panurge" (31) et je renchérirai en disant que les moutons ne se trouvent pas toujours parmi les élèves ... N'espérez pas être rémunéré pour l'important travail que vous fournirez : les collègues qui bénéficient des quelques heures de décharge disponibles n'ont pas l'intention de vous les céder ! Réjouissez-vous cependant de ne pas faire partie de cette académie de la région parisienne qui possède une charte d'hébergement de sites web (32) plus restrictive que la nôtre !

    Malgré mes efforts, je souhaite, chères et chers collègues, n'avoir pas réussi à vous décourager. Si vous vous lancez dans la réalisation d'un didacticiel pour le diffuser sur le net, informez-en des enseignants d'autres cantons ou pays francophones (33). Vous pourrez peut-être vous partager le travail et un nombre d'élèves bien plus grand pourra bénéficier de vos productions !

    J.-D. G.


    (01) Boris Vian : poèmes / recherche
    (02) la Libération de Paris et moi, le 25 août 1944
    (03) 2ème primaire 1952-53 : l'imprimerie à l'école ...
    (04) Célestin Freinet (1896-1966)
    (05) Science et Vie (magazine créé en 1913) : octobre 1930, juin 1949
    (06) Albert Ducrocq : cybernétique / l'esprit et la neuroscience (1999) : couverture
    (07) Palais de la Découverte : Cybermétropole / revue NTIC / sciences sur internet
    (08) Hôpital Cantonal de Genève : informatique médicale / imagerie numérique
    (09) Cycle d'orientation / voir aussi cette page de liens
    (10) mon histoire de l'informatique / le premier traitement de texte
    (11) notre premier atelier PC / détails du M24 / carte-mère / qu'est-ce qu'un PC ?
    (12) Seymour Papert : en 1967 / au M.I.T. / LCSI (Micromondes)
    (13) Picasso : sa vie en quelques dates
    (14) un pyjama pour deux (Lover come back, 1961)
    (15) Internet / internet history / pour débuter / internet.gouv.fr
    (16) Liste des BBS français (Bulletin Board Systems) / par spécialités / EAO
    (17) ordiecole (ordiecole.com) : sujets mentionnés
    (18) nos 13 PC actuels, VE 6/266 series 8 (en 2001) : manuel détaillé
    (19) notre nouveau projecteur multimédia et ses caractéristiques
    (20) zones interdites : sites pornographiques, violents, de "chat", et caetera
    (21) hit-parade des élèves : rigoler.com, tf1.fr/jeux, jeuxvideo.com,
    (22) moteurs de recherche : voyez ici !
    (23) questionnaires-internet : célébrités / cinéma / dates / livres / mada1 / mada2 / orbiter
    (24) un site sur les dinosaures ... un peu avorté !
    (25) page de téléchargement du Gymnase de Morges
    (26) l'excellent atlas interactif d'hématologie (niveau début Université)
    (27) votre employeur, le D.I.P.
    (28) Haddock (Archibald de son prénom)
    (29) protocole : n. f. : recueil de règles à observer ...
    (30) hiérarchie : n. f. : ordre et subordination des pouvoirs (Larousse)
    (31) Françoise Dolto préface au Premier rendez-vous avec le psychanaliste
    (32) Académie de Créteil : charte d'hébergement d'un site Web
    (33) Associations d'enseignants de Suisse romande : voir ici


  • A.R.F.E., anneau des ressources francophones de l'éducation :
  • ABORD (Apprentissages de base et ordinateur) : liens internet et pédagogiques
  • C.T.I.E. : Educa / Orientation / http://www.netdays.ch/f/index.html / autres liens
  • Fondation Education et Développement
  • I.R.D.PNeuchâtel) / autres centres suisses de recherches
  • O.F.E.S. et ses liens


    vous êtes cordialement invité à consulter :

  • notre page C.D.I.P.
  • notre page D.I.P. (de Genève) : sites internet
  • notre page autres liens relatifs à internet à l'école
  • notre page pédagogie sur internet et ses liens : (1) (2) (3) (4)
  • notre page associations et syndicats d'enseignants

  • notre site OrdiEcole (www.geocities.com/ordiecole2) qui comprend 500 pages HTML :
  • programmer en Logo

    autres langages de programmation

    pour débuter sur l’internet

    index et nouveautés

    disciplines enseignées et liens

    pensons un peu aux plus petits

    médiathèque

    vous avez dit pédagogie ?

    Genève et la Suisse

    Excel et Word

    Je me réjouis de recevoir vos remarques, vos critiques et vos commentaires !

    Voici mon adresse e-mail (greubjd@bluewin.ch) et mon adresse postale

    à l'origine ce texte était sur la page www.geocities.com/ordiecole4

    vous consultez la page http://www.ordiecole.com/internet_et_ecole.html